API Google Translate : le retour

Google Translate logoSouvenez-vous, il y a quelques semaines de cela Google annonçait la dépréciation de son API Google Translate, en vue de sa fermeture définitive en décembre 2011. Nous en avions alors parlé dans ce blog, en émettant l’hypothèse que l’usage intensif de cette API sabrait le bon fonctionnement du système, en alimentant le moteur statistique de Google Translate avec des données déjà issues de ce même outil et donc par définition approximatives et sans grande fiabilité.
Suite à cette annonce, une levée de bouclier de développeurs en colère s’en est suivi, avec près de 300 commentaires au style plus ou moins fleuri déposés sur le blog de Google. L’argument soulevé était qu’il serait difficile de faire confiance à Google et ses API si elles sont susceptibles d’être supprimées du jour au lendemain – argument visiblement entendu par Google, qui propose maintenant une version 2 de cette API Google Translate, mais payante ! (ah ces Américains, ils savent faire du business avec tout). Les conditions d’utilisation ont été assouplies et un usage commercial de cette API est maintenant possible (ce qui n’était pas le cas de Google Translate V1 et avait donné lieu à de nombreuses infractions – des abus d’ailleurs à l’origine de la dépréciation de l’API si l’on en croit le discours officiel).
Les tarifs annoncés donnent le tournis, je ne résiste pas à vous les livrer ici : Google propose donc 20$ pour 1M de mots. Un millier ? Que nenni : un million ! Ce qui nous fait donc 0,00002$ du mot source 🙂 Ou 0,05$ par page de texte, sur une base de 500 mots par page. C’est ultra-compétitif, me direz-vous. Mais rappelons-nous que ce service qui est le degré zéro de la traduction en termes de qualité (nous avions d’ailleurs fait un comparatif sur les différentes formules possibles) donc les professionnels de la traduction peuvent continuer à travailler sereinement.
À ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter si vous avez des besoins en traduction, notre équipe vous répondra avec plaisir.

4 Comments

  • Grreg
    Posted 31st August 2011 3:45 pm 0Likes

    Bonjour,
    je crois qu'il s'agit de 20$ / million de caractères et non de mots 😉

  • Aurélie Duclos
    Posted 1st September 2011 9:15 am 0Likes

    Effectivement, très bien vu ! Merci pour ce commentaire, c'est bien en caractères qu'il faut compter. Ce qui ne change finalement pas grand chose quand on compte en millions… 😉

  • Le vieux Gustave
    Posted 14th September 2011 12:35 pm 0Likes

     
    Rappelons que pour Google Translate si la langue source ou la langue cible n'est pas l'anglais, il y aura toujours une double traduction, d'abord vers l'anglais puis vers la langue d'arrivée, doublant ainsi le risque d'erreur. Et précisément l'anglais est la langue la moins propre à jouer le rôle de langue-pont puisqu'on y place les mots les uns à côté des autres en laissant au lecteur ou à l'interlocuteur le soin de deviner les rapports grammaticaux qu'ils ont entre eux. Claude Piron faisait remarquer que «a freeze dried pharmaceuticals manager» peut aussi bien signifier «un directeur du département des produits lyophilisés» qu'«un directeur desséché sous congélation pour un service de produits pharmaceutiques»; pour l'instant nous avons droit sous Google à «une lyophilisé pharmaceutiques gestionnaire». La Terre promise n'est pas encore atteinte.
     
    Toutes les langues ne sont pas traitées d'ailleurs avec la même équité: une phrase comme «Google reserves the right to throttle excessive usage that might threaten the availability of our service» posera un gros problème à la machine, incapable de deviner si «throttle» est un nom ou un verbe et quel est son sens dans cette phrase; le résultat sera en français «Google se réserve le droit d'usage excessif d'accélérateur qui pourrait menacer la disponibilité de nos services», ce qui au total ne veut rien dire; les Espagnols resteront perplexes eux aussi en lisant «un uso excesivo del acelerador» et les Néerlandais tomberont sur du «gaspedaal». Tout de même les Allemands seront un peu plus gâtés avec «Google behält sich das Recht vor, die übermäßige Nutzung, die die Verfügbarkeit unseres Dienstes gefährden könnten drosseln».
     
    Comme le disait cette chère Aurélie, avec une pareille concurrence les professionnels de la traduction peuvent continuer à travailler sereinement.

  • Aurélie Duclos
    Posted 20th September 2011 5:12 pm 0Likes

    Bonjour Gustave et merci pour ce commentaire si détaillé, avec vous je n'ai même plus besoin de chercher d'exemples 🙂 Au plaisir !

Leave a comment