Début d'année et traduction : les bonnes résolutions

La saison des rapports annuels arrive…

Le mois de janvier offre aussi l’opportunité de réunir les différentes équipes implantées dans les filiales étrangères ou bureaux de représentations à l’étranger.

Qu’il s’adresse aux actionnaires, partenaires externes ou collaborateurs, cet exercice, comme chacun sait, est périlleux.

Chaque mot doit être pesé, chaque message doit être cohérent et percutant.

Beaucoup de personnes sont sollicitées dans les entreprises pour réunir les informations nécessaires, les synthétiser, les mettre en forme…

Le début d’année est souvent décisif. C’est le trimestre qui donne la direction.

Que de ressources mobilisées, d’énergie dépensée, de temps passé à structurer ces documents !!

Vient le moment de la traduction

Quelques conseils pour ne pas réduire à néant tous les efforts portés sur le texte d’origine :

Ce qu’il ne faut SURTOUT pas faire (dans le désordre) :

  • Attendre le dernier moment pour se poser la question de la traduction.
  • Ne pas avoir budgétisé le coût de la traduction…pour éviter les surprises.
  • Rechercher en interne un ou des “étrangers de service” qui “auront bien un peu de temps” pour traduire les textes.
  • Demander par un mail liminaire un devis à 5 agences de traduction et ne pas être disponible pour donner plus de renseignements.
  • Choisir le prestataire sur le seul critère du montant du devis.
  • Ne pas demander à l’agence de traduction pressentie les moyens qu’elle mobilisera pour garantir les respects de la qualité et des délais.
  • N’allouer qu’un délai dérisoire à l’agence de traduction en oubliant que les traducteurs sont tout simplement “humains”

Ce qu’il est CONSEILLE de faire (toujours dans le désordre) :

  • Prévoir dans votre projet et dans le planning initial le temps nécessaire pour ce travail de traduction (compter environ 2000 mots par jour, la relecture (10.000 mots par jour), la gestion de projet, la disponibilité du traducteur spécialiste du contexte)
  • Prévoir une fourchette réaliste de budget en ayant à minima un repère : un prix au mot entre 0.12 et 0.18 € HT par mot, dépendant des langues cibles
  • Anticiper votre besoin de traduction dès l’élaboration du document source.
  • Tout le texte doit-il être traduit ? N’y a-t-il pas des éléments du document propre à chaque pays?
  • Faut-il contextualiser certains éléments ?
  • Privilégier le texte ou les schémas ou graphiques
  • Confier la traduction à des agences professionnelles qui ont la compétence et l’expérience de sélection du bon traducteur (expérience, qualité, expertise sectorielle) et l’assistance à lui apporter (supports, orientation sur le style recherché, etc.) , de la gestion de projet, du respect de la cohérence, du contrôle qualité et du conseil pour les projets complexes.
  • Se rendre disponible, surtout pour les projets complexes ou à forts enjeux pour : expliquer le contexte du document, les objectifs poursuivis, fournir un glossaire s’il existe, fournir ou valider des expressions “maison”, …
  • Penser à la mise en page finale ou l’inclure dans la demande de devis

N’en rajoutons pas…ces résolutions 2009, si elles sont tenues, seront déjà un grand pas vers plus de sérénité et plus de qualité.

3 Comments

Leave a comment