Entreprises et institutions, pourquoi traduire ? Pour quelles valeurs ajoutées ?

La traduction ne doit pas être considérée comme un coût mais comme un investissement autour de valeurs ajoutées ciblées.

Au-delà d'une simple activité de "mise en équivalence" de mots, la traduction et les opérations qui s'y rapportent ont une véritable valeur ajoutée. Comprendre cela permettrait aux entreprises et aux institutions d’envisager la traduction par un autre prisme que son simple coût. Traduire est un investissement, et la traduction doit venir en support d'un développement de l'entreprise (quel qu'il soit), d’une intention, d'une volonté stratégique (commercialiser, former, informer, s'internationaliser, dominer, etc.). 

De plus en plus, la traduction peut aller (sous certaines conditions) au-delà d’un simple support au développement pour être un de ses vecteurs ou facilitateurs principaux.

Cette valeur ajoutée peut être précisée et segmentée comme le propose un rapport récent « Contribution de la traduction à la société » de la Direction Générale de la Traduction (Commission Européenne). Le graphique ci-dessus résume les principales valeurs ajoutées identifiées pour la Commission Européenne. La taille des cercles est proportionnelle à l'importance relative des segments décrits.

Valeurs ajoutées de la traduction dans la société

 

En quelques mots : 

  • L'interaction culturelle : entre des individus ou intérêts de différentes cultures & entre un individu et une culture étrangère. 
  • Internationalisation de l'économie : la traduction est un vecteur incontournable
  • Transfert de connaissances : la traduction facilite l'échange et la diffusion. 
  • Passerelle sociale : permettre à des communautés linguistiques minoritaires et des communautés migrantes d’accéder aux contenus, moyens, services offerts aux plus nombreux.
  • Communauté européenne : tout comme l'a fait l’Empereur Qin Shi Huangdi en Chine (III siècle av. J.-C, unification par la langue et la monnaie), l'unification actuelle de l’Europe autour d’une langue unique n'étant pas possible, la traduction permet pourtant de tenter de répondre à cet enjeu. 
  • Outil de puissance : outil de médiation, de résolution de conflits ou de domination

 

Les impacts d'une traduction peuvent être résumés comme suit (toujours d'après l'étude) : 

  • Réduction de la distance entre un individu et une ressource produite dans une autre langue,
  • Augmentation de la rapidité et de la facilité d'accès à une ressource,
  • Augmentation de la précision de l'accès à cette ressource, 
  • Augmentation du nombre de ressources accessibles,
  • Facilitateur de l'autonomie de l'accès à cette source. 

 

En allant un cran au-delà et en extrapolant dans le contexte précis d'une entreprise, d'autres impacts sont à prendre en considération : témoigner d'un positionnement international, illustrer/renforcer sa proximité avec ses clients, valoriser ses salariés en respectant leurs langues maternelles, diffuser un savoir-faire, concurrencer, etc. 

2 Comments

  • Catherine Guilliaumet
    Posted 12th April 2011 9:07 am 0Likes

    On a du pain sur la planche pour faire comprendre à certains clients* que la traduction n'est pas un coût accessoire, envisageable au dernier moment, comme le digestif facultatif peut l'être après un bon repas dans un grand restaurant.
    La traduction doit être considérée d'emblée, comme l'un des ingrédients incontournables du plat principal.
    Elle doit être non seulement considérée, mais pensée, réfléchie, pesée.
    Ce n'est pas un gadget mode, pour "faire genre", c'est un atout pour "cartonner".
    * : expression diplomatique, vous l'aurez compris 🙂
    Catherine

  • Luigi Koechlin
    Posted 11th November 2011 11:08 am 0Likes

    Je suis très d'accord avec vous Catherine, La traduction est l'un des ingredients les plus importants du plat principal comme vous l'avez bien dit.
    En effet, les entreprises qui veulent se developper à l'international ont réellement besoin de services de traduction, c'est la clef de leur succès. 

Leave a comment