Les langues de travail des interprètes : A, B ou C

Comprendre la classification des langues de travail des interprètes

Peut-être avez-vous déjà vu ces lettres figurer sur le site internet d’un interprète, et vous êtes-vous demandés à quoi correspondait A, B ou C ?
Il s’agit des combinaisons linguistiques traitées par cet interprète :

  • Langue A = langue maternelle
  • Langue B = deuxième langue dite active
  • Langue C = langue dite passive

La maîtrise de la langue maternelle (langue A) doit être aussi intime que possible (nuances, richesse du vocabulaire, références culturelles, …) et doit correspondre à un niveau que l’on pourrait qualifier de « lettré ».
La langue B est qualifiée de « langue active ». L’interprète maîtrise parfaitement cette langue, ce qui lui permet d’interpréter vers cette langue, à partir de sa langue maternelle. A vers B donc.
La langue C, dite passive, est la troisième langue de travail de l’interprète. Il ou elle peut interpréter à partir de cette langue vers sa langue maternelle. Donc de C vers A.
 
Vous voilà maintenant plus outillés face aux annotations suivantes : B>A ; A>B ; C>A ; C>B, etc…
Attention tout de même, il est préférable de ne pas opter pour un interprète devant travailler dans la combinaison C>B, mieux vaut toujours privilégier un professionnel qui travaille vers et à partir de sa langue maternelle.
Maintenant que vous savez à quoi correspondent ces langues de travail, peut-être souhaitez-vous savoir si TradOnline peut vous proposer des langues qui vous intéressent ? Pour le savoir, rien de plus simple, il suffit de nous contacter.

Leave a comment