Un effet secondaire imprévu de la mondialisation – Lien avec les langues et la traduction

Mondialisation, langues et traduction…un cocktail parfois explosif

Nous avons récemment pris en charge la traduction du français à l'anglais de l'ensemble des documents relatifs à un appel d'offres – AO – (la demande et la réponse) et des premiers documents de travail qui ont suivi. 

Il s'agissait d'un gros volume (290 000 mots), d'un délai très serré (5 semaines) et d'un besoin que le client n'avait pas anticipé…

Au-delà de l'organisation qu'il a fallu mettre en place (8 traducteurs en parallèle), il m'intéresse ici de soulever un effet "non désiré" ou encore "effet secondaire", à la mode "notice de médicament" de la mondialisation que je n'avais pas rencontré ni anticipé jusqu'alors. 

 

Voici le contexte. Une société SSI de renom, américaine d'origine, dispose de plusieurs entités et filiales dans le monde : bureaux de représentation, entités commerciales, entités dites de production (développement des solutions informatiques apportées), etc. 

Temps 1 "France" : un AO est émis par une administration française. L'entité française de cette SSI se met en ordre de marche pour répondre à l'AO et le remporte. Entre l'émission et la conclusion de l'appel d'offres s'écoulent environ 18 mois. 

Temps 1b " États-Unis" : pendant cette même période relativement longue, l'économie fait des siennes, la stratégie de la SSI s'affine, des acquisitions sont menées, des entités fermées ou réorganisées. Ce sont des décisions pilotées par le siège aux EU (et donc parfois, un peu éloigné des préoccupations et contraintes des entités locales situées dans différents pays). 

Temps 2 "France" : l'entité France de la SSI, ayant remporté l'AO, initie le projet avec son client français et lance les premiers développements et rendez-vous de travail chez le client. 

Temps 2b : en parallèle, les réorganisations et acquisitions sont conclues par la maison mère. Conséquence au niveau de ce projet : ce n'est plus l'équipe française qui développera la solution informatique promise (sorte d'ERP) mais l'équipe anglaise. (Et je dirais, sans avoir été dans le secret des dieux "à vous de jouer, démerdez-vous" mais j'extrapole un peu ici  ….). 

 

Conséquence : un AO rédigé en français par l'administration, une réponse de la SSI en français, des premiers travaux et réunions menés en français mais une nouvelle équipe de développement anglaise dont les membres ne parlent pas français…D'où le besoin de traduire l'ensemble des documents et contenus pour que l'équipe anglaise comprenne le besoin du client (et c'est souvent un besoin très précis, je vous laisse prendre connaissance d'un cahier des charges fonctionnel…de la vraie poésie…) et comprenne la réponse apportée par l'équipe des collègues français ainsi que la teneur des premiers travaux et échanges. 

 

Bottom line : plusieurs dizaines de milliers d'euros de coûts de traduction non budgétisés (sur un montant d'AO de quelques millions d'euros). Pas très très agréable comme surprise…(sauf pour nous…)

Leave a comment