Contre l'internationalisation et le multi-linguisme, pour la nationalisation et une langue unique !

 

Comme en écho au billet de la semaine dernière sur le lancement d'Amazon Italie, un site belge a décidé de prendre le contre-pied de la tendance à l'internationalisation pour se recenter sur la communauté flamande du pays. C'est ainsi que proxis.be l'un des rares sites de vente en ligne de livres en Belgique, dès son rachat par Azur (autre entreprise belge, mais néerlandophone), a décidé de ne plus proposer son interface en français. Le message que l'on obtient sur la page d'accueil est plutôt éloquent. 

Signalons que les "partenaires et/ou collègues mieux équipés pour le marché francophone" c'est… Amazon.fr ! Alors bon, le site propose quand même une sélection de livres en français, mais elle est présentée sous une bannière intitulée "notre livres francophone" (sic). 

Donc voilà, si vous êtes francophone, merci d'aller voir chez le concurrent, vous y serez mieux servi. Commercialement parlant, ça revient plus ou moins à se tirer une balle dans le pied. Le plus drôle est que l'anglais non plus n'est plus utilisé sur le site, mais en revanche on invite les clients anglophones à rester sur le site pour leurs achats de livres en anglais.

Alors, pourquoi deux poids deux mesure ? Est-ce une démarche communautariste révélatrice du malaise entre wallons et flamands, ou est-ce simplement que suite à la fusion entre deux sociétés et par manque de temps et d'anticipation une seule langue a été conservée ?

Dans tous les cas, un exemple à ne pas suivre sur le plan de la communication !

PS : je recommande  vivement la lecture de cet article sur le sujet, et notamment les commentaires… qui valent tous les cours de politique / économie belge.

Leave a comment

two + eight =