Vous avez la fibre humanitaire ? Devenez bénévole pour Traducteurs sans frontières

Traduire bénévolement pour Traducteurs sans Frontières / Translators without Borders

 

Cette association loi 1901 a été créé à l'origine en 1993 pour apporter son soutien à Médecins sans frontières, et propose maintenant ses services à bien d'autres ONG telles que Handicap International, Médecins du monde, Secours populaire, AIDES, Action contre la faim, la Ligue des Droits de l'homme, etc.

Les traducteurs doivent être des traducteurs professionnels avec une expérience d'au moins 2 ans, et traduisent vers leur langue maternelle (ces exigences sont nécessaires car faute de temps de de moyens, les traductions ne sont pas relues). Les spécialisations les plus demandées sont de l'ordre médical, juridique et logistique. Concernant les couples de langue, la plus courue est français > anglais, mais également toutes les combinaisons entre le français, l'anglais, l'espagnol et parfois le portugais. Mais parfois d'autres langues sont demandées, donc ne vous "censurez" pas si vous voulez postuler et que vous ne vous reconnaissez pas dans ce profil, TSF garde tous les CVs !

Les textes à traduire sont d'ordre technique et globalement enrichissants car vous découvrirez certaines choses dont le grand public n'a même pas conscience. En contrepartie faut aussi parfois s'attendre à traduire des textes "durs" au sens psychologique du terme car quand on traite un texte autour de la torture en Tchétchénie, les conflits armés au Soudan ou les enfants de la rue en Arménie, il faut s'accrocher. Mais ce travail peut s'avérer extrêmement gratifiant, comme dans cet exemple une d'action menée par les traducteurs de Traducteurs dans Frontières :

TSF a traité une demande urgente de Handicap International : une traduction assermentée a été effectuée de l’arabe vers l’anglais et envoyée directement à Sarajevo où une équipe attendait l’autorisation pour se rendre en avion à Bagdad via la Jordanie.

Quelques chiffres en 2010 :

+ de 300 traducteurs sont inscrits et une  centaine d'entre eux travaille régulièrement pour l'association ; 

+ de 70 000 mots / mois et plus d'un million de mots an sont traduits en moyenne. 

L'association s'étend (un besoin énorme s'est fait sentir lors de la catastrophe à Haiti) et vise un objectif de 10 millions de mots traduits par an, ce qui reviendrait à une économie de 2 million d'euros pour les ONG. L'argent serait alors utilisé pour des campagnes de vaccination ou autre besoins essentiels à couvrir. Plus d'informations sur le site de traducteurs sans frontières !

3 Comments

  • Jose Luis
    Posted 11th October 2010 4:26 pm 0Likes

    Lexcelera (Ex-eurotexte) est derrière TSF, ils n'ont tien d'humanitaire. C'est une bande d’arnaqueurs professionnels, à éviter. Ils te demandent de traduire des textes pour des projets "humanitaires" de banques!! et d'autres organismes qui ont des ressources pour payer 3000 € /mois leur technicies (HI, MDM, MSF, etc.)
    J'ai des amis qui ont pourvu ce poste avec la promesse d'une embauche ultérieure et puis le compte a toujours la même fin. La technique avec les freelancers est de leur demander de traduire bénévolement un texte de 2000-3000 mots et la promesse de reçevoir après des textes rémunérés…
    Ces gens qui font de la charité un business sont pour moi les pires des escrocs. Je milite depuis bien lontemps contre de gens comme ça car le bénévolat n'est pas incompatible avec notre profession mais il faut bien savoir où on met les pieds.

     
    Jose Luis

  • auremims
    Posted 14th October 2010 12:18 pm 0Likes

    Bonjour Jose Luis,

    C'est intéressant ce que vous dites, mais de ce que j'ai vu sur le site, TSF "n'embauche" pas de traducteurs, ils font effectivement appel à des freelance qu'ils sélectionnent après un petit test, mais ils ne promettent pas de contrat à la clé donc concernant vos amis, ont-ils bien vu où ils mettaient les pieds comme vous dites ? Quant à la technique de "travail bénévole" contre promesse de textes rémunérés à la clé, sans doute est-ce une pratique qui existe, mais puisque TSF ne promet en aucun cas de rémunération, a priori les choses sont a priori posées dès le début…

    Donc je pense qu'il faut faire attention à ne pas mélanger les torchons et les serviettes sur ce point, certaines pratiques frauduleuses existent dans le métier et sont condamnables mais attention à ne pas généraliser. Si vous avez de quoi étayer vos dire par contre, je suis tout ouïe ! Vous avez vu de près ces projets "humanitaires" de banques ? Ca serait intéressant de poursuivre cette discussion, merci d'avoir réagi en tout cas 🙂

    Aurélie

  • Mélanie
    Posted 5th December 2010 1:16 am 0Likes

    Jose Luis,
    Je suis très étonnée par ce que vous écrivez au sujet de Traducteurs Sans Frontières. En effet, je suis moi-même traductrice bénévole pour cette association, et ce que vous affirmez ne me semble pas refléter la vérité.
    Premièrement, les choses ont toujours été claires entre TSF et moi. On ne m'a jamais fait miroiter une quelconque rémunération (pas plus qu'un poste) et j'ai toujours traduit les documents de mon propre chef. Le premier texte que j'ai traduit était un test d'environ 300 mots.
    En ce qui concerne la nature des textes, elle a toujours été à caractère humanitaire et je n'ai pas connaissance de documents traduits pour des banques. D'autre part, le fait que les ONG soient en mesure de payer leurs techniciens 3000 euros par mois n'en fait pas pour autant des voleurs. Il ne me semble pas que ces organismes demandent l'aide de bénévoles pour se remplir les poches, mais bien pour injecter l'argent qu'ils ont économisé sur les traductions dans des projets humanitaires. En tout cas, c'est leur vocation et ils ne donnent pas l'impression de s'en écarter.
    Mon expérience de traductrice pour TSF ne me donne aucune raison de croire ce que vous avancez. Je suis très contente de mettre mes compétences au profit d'une bonne cause et je continuerai de le faire. L'honnêteté de TSF et de ses dirigeants ne fait aucun doute à mes yeux.
    Mélanie

Leave a comment